rohingya-genocide

Les Rohingyas subissent un véritable massacre, ce qui en fait à l’heure actuelle, le peuple le plus persécuté au monde. Petit retour sur ce qu’il se passe avec les Rohingyas

Qui sont les Rohingyas

Il s’agit d’un groupe ethnique musulman qui vit principalement en Birmanie, dans le sud-est, dans l’état d’Arakan. On rappelle que l’on entend par ethnie, « un ensemble de personnes qui partagent la même culture, la même langue ou les mêmes traditions ». En 2014, ce groupe représentait moins de 5 % de la population de la Birmanie. Alors en quoi consiste concrètement la persécution de ce peuple dans ce pays ? Déjà, il faut savoir qu’officiellement les 1,3 millions de Rohingyas ne sont pas citoyens de la Birmanie. En effet, en 1982 une loi a été voté qui spécifiait que seuls les groupes ethniques qui étaient en mesure de prouver qu’ils étaient sur le territoire avant 1823 pouvaient être considérés comme citoyens. Et donc selon l’Etat, les Rohingyas n’ont pas été en mesure de prouver cela. Cela a pour conséquence de faire de ce groupe ethnique un groupe d’apatrides, c’est-à-dire ne possédant aucune nationalité. Dans le pays, ils ne bénéficient donc pas des mêmes droits que les citoyens et vivent dans des conditions extrêmement difficiles avec notamment aucun accès aux écoles, hôpitaux ou encore au marché du travail. La Birmanie est un pays qui est très majoritairement bouddhiste puisque 90 % de la population pratique cette religion. C’est cette différence de religion qui semble attiser les tensions entre les Rohingyas et l’Etat. En effet, depuis plusieurs années on assiste en Birmanie à la montée d’un nationalisme bouddhiste. Déjà en 2012, des affrontements entre musulmans et bouddhistes ont fait 200 morts, principalement du côté musulman.

genocide-rohingya

Une persécution de plus en plus violente

L’Organisation des Nations Unies considère les Rohingyas comme le peuple le plus persécuté au monde. Le représentant de l’ONU au Bangladesh a déclaré il y a quelques mois que la Birmanie procède à un nettoyage ethnique de la population. Il développait son propos devant les médias en évoquant le viol des femmes, le massacre d’enfants ou encore le pillage et la destruction des maisons des Rohingyas par l’armée. La persécution n’est donc pas récente mas les violences sont montées d’un cran ces derniers jours. L’élément déclencheur semble être l’attaque d’un poste de police de la Birmanie par les rebelles Rohingyas. Cette attaque va entrainer une riposte sanglante de la part de l’armée Birmane. Selon les chiffres de l’armée birmane elle-même, celle qui a mené la répression, c’est plus de 400 personnes, dont 370 Rohingyas qui sont mortes. Et la conséquence de cette persécution, c’est la fuite massive de cette communauté vers le Bangladesh. D’ailleurs la Birmanie assimile les Rohingyas à des Bangladais. De ce fait, elle ne reconnait pas l’existence de ce peuple et déplace le problème chez son voisin. Ce sont en tous les cas plus de 125 000 personnes qui ont fui en seulement onze jours. Cela entrainant des mouvements de foule immenses.